Le guide touristique Lonely Planet a élu la place Stanislas à Nancy à la 4e position du classement des plus belles places du monde, juste après la Grand-Place du marché à Cracovie, la place Saint-Marc à Venise et la place Djemaa el-Fna à Marrakech.

Désignée comme un « joyau architectural » et classée au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO, la place Stanislas est au cœur de la ville de Nancy. Construite au XVIIIe siècle par Stanislas Leszczynski, ancien roi de Pologne et Duc de Lorraine et de Bar, la place fait la fierté de tous les Nancéens. Aujourd’hui lieu de rencontres et de vie culturelle, elle a été réalisée pour répondre à des enjeux politiques spécifiques. Et si nous partions à la rencontre de Stanislas Leszczynski pour en savoir plus ?

Stanislas Leszczynski, un roi déchu

Après de nombreux troubles dans son pays, Stanislas Leszczynski, roi de Pologne, se fait déposséder de son trône en 1713 et il est contraint à l’exil. Pendant plusieurs années, il voyage en Europe et s’arrête finalement en 1719 à Wissembourg, en Alsace. Vivant de manière modeste grâce à une pension octroyée par le Régent Philippe d’Orléans, Stanislas est entouré d’un petit cercle de courtisans mais n’a plus de rôle politique…

Stanislas Leszczynski

Concours de circonstance

C’est en 1725 que sa vie prend un tout autre tournant : sa fille Marie Leszczynski va épouser le roi de France, Louis XV ! En effet, Louis XV a 15 ans et une santé fragile. S’inquiétant que le roi disparaisse avant de s’être marié et d’avoir engendré un héritier, entraînant de ce fait un transfert de la couronne à la famille rivale des Orléans, le duc de Bourbon n’a qu’une obsession : marier Louis XV ! Il se met en quête d’une princesse « bonne à marier », de lignée royale, catholique et en âge d’enfanter et le choix se porte sur Marie Leszczynski alors âgée de 22 ans. Le mariage se déroule à l’été 1725. Bien qu’il ait promis à Louis XV de ne plus participer aux affaires de la Pologne, Stanislas Leszczynski redevient roi de la Pologne en 1733 mais doit de nouveau abdiquer trois ans plus tard.

Marie Leszczynska, ou Marie Leczinska Stanislas Leszczynski, reine de France par son mariage avec Louis XV en 1725. Par son fils le dauphin Louis, qui épousa Marie-Josèphe de Saxe, elle est la grand-mère des trois derniers rois de France, Louis XVI, Louis XVIII et Charles X

Stanislas devient Duc de Lorraine

Suite au Traité de Viennes en 1738, Louis XV place Stanislas à la tête du Duché de Lorraine et de Bar. Il prévoit à la mort de ce dernier l’annexion de ces territoires au royaume de France. Stanislas promulgue les édits créant son Conseil d’Etat et son Conseil des Finances et Commerce, sur les mêmes bases en vigueur en France : il s’agit d’accoutumer progressivement les Lorrains à devenir Français. En réalité, Stanislas n’a qu’un titre symbolique et a renoncé à exercer tout pouvoir réel. S’établissant à Lunéville et faisant de son château un petit Versailles, il réunit une cour brillante et reçoit l’Europe mondaine et savante. Il s’y liera d’affection notamment avec un nain : Nicolas Ferry. Il crée l’Académie de Nancy, censée promouvoir la langue française. Dans sa capitale, Nancy, il souhaite créer une nouvelle place. Cette place sera destinée à honorer son gendre, Louis XV, et à habituer les Lorrains à leur futur souverain.

Arc de triomphe de la place Stanislas à Nancy

Un emplacement avec des contraintes importantes

Au XVIIe siècle, s’était développée l’idée de doter les villes d’une place royale (espace fermé de façades monumentales régulières encadrant la statue du souverain) à l’écart du centre-ville. Stanislas, lui, veut faire une place royale en plein centre, rassemblant les services administratifs de la cité et des lieux de divertissement. Nancy est à ce moment-là divisée en deux ensembles : la Vieille Ville, médiévale à forme concentrique, et la Ville Neuve, Renaissance, aux rues droites et parallèles. Pour rassembler les deux, il décide d’investir un grand terrain destiné auparavant aux joutes et de démolir une partie des courtines pour construire un arc de triomphe. Cependant il se heurte rapidement à l’opposition du Maréchal de Belle Isle qui souhaite conserver les fortifications de la ville. Stanislas adapte alors son projet et la première pierre est posée en mars 1752. Le chantier dure un peu plus de trois ans et requiert la présence d’environ 400 ouvriers.

Place Stanislas de nuit, Nancy

La place Stanislas, un ensemble classique et une touche rococo

Stanislas a confié la réalisation de son projet à son architecte, Héré. Il crée un écrin pour y dresser la statue du roi de France. Le style de la place mêle le classicisme français avec les façades et le baroque avec des éléments décoratifs. La nouvelle place se compose du nouvel Hôtel de Ville situé au sud, bordé à l’est et à l’ouest par quatre pavillons. En face, Héré construit des immeubles plus petits pour ne pas gêner les canons depuis les remparts. Une chaussée mène vers l’arc de Triomphe à la gloire de Louis XV et à la place de la Carrière. Cette dernière voit ses façades entièrement rhabillées afin de créer une unité architecturale. Les grilles aux feuilles d’or créées par Jean Lamour reliant les bâtiments entre eux renforcent cette impression d’unité totale. Dans les deux angles nord, les fontaines d’Amphitrite et de Neptune de Barthélémy Guibal viennent cacher les fortifications. La place regroupe l’Hôtel de Ville, le Pavillon des Fermes qui deviendra Opéra national de Lorraine, le collège de médecine et le théâtre de la Comédie qui deviendront le musée des Beaux-Arts, et des bâtiments privés. En 1759, Stanislas fera don de l’ensemble à la municipalité de Nancy.

Grille de Jean Lamour et fontaine de Barthélémy Guibal sur la place Stanislas, Nancy

La Place Stanislas a plus de 250 ans

Au gré des bouleversements politiques en France, la place changera de nom plusieurs fois : place du Peuple, place Napoléon, Place Royale. C’est avec l’édification de la statue de Stanislas en 1831, remplaçant celle de Louis XV enlevée à la Révolution, que la place prend son nom définitif de place Stanislas. La statue pointe (approximativement) le portrait de Louis XV figurant sur l’arc Héré. Certains éléments de la place étant pourtant au fur et à mesure des années classés aux monuments historiques, la place « Stan » devient un parking de 600 places au milieu du XXe siècle ! Ce n’est que lors de sa restauration pour son 250e anniversaire en 2005, que la place devient piétonne et retrouve l’éclat voulu par Stanislas Leszczynski : la place est de nouveau recouverte de pavés, les façades sont rénovées, les trottoirs élargis et les grilles sont redorées !

Sapin de Noël sur la place Stanislas à Nancy

La place, chère aux cœurs des Nancéens, est devenue un lieu de vie essentiel de la ville. De nombreuses manifestations culturelles, traditionnelles, sportives y prennent place : Le Livre sur la Place, le jardin éphémère, le sapin de Noël, le spectacle son et lumière et le défilé et la remise des clés de la ville à Saint-Nicolas, pour n’en citer que quelques-unes ! Si vous n’avez encore jamais vu la « Ville aux Portes d’Or », c’est le moment d’y aller !

Par Ségolène Lhommée,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, et soutenir le blog sur Tipeee !

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir tous nos articles dès leur diffusion !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.