Qui ne connaît pas aujourd’hui la célèbre bataille d’Alésia qui opposa Jules César à Vercingétorix ? Jules César, ce grand conquérant romain qui assiégea les troupes gauloises menées par le roi Vercingétorix… et qui provoqua la défaite de ce dernier en 52 avant JC ? Cette bataille et ses deux protagonistes sont ancrés dans notre culture et notre imaginaire… Ce lieu exact où s’entremêlent histoire et mythe a longtemps été recherché par les archéologues et les historiens. Ils ont finalement confirmé dans les années 1990 que cet événement historique s’était déroulé à Alise-Sainte-Reine, en Haute Côte d’Or. Et c’est donc naturellement à cet emplacement que le MuséoParc Alésia qui rend compte de cette célèbre bataille s’est installé. C’est donc l’occasion pour nous de fouler ce lieu historique et nous replonger dans cette bataille qui a fait couler beaucoup d’encre !

MuséoParc Alésia

Une bataille décisive !

En 58 avant JC, Jules César, alors consul, lance la conquête des Gaules. Sept ans après le début de la guerre, en 52 avant JC, les peuples gaulois jusqu’alors divisés, se rassemblent et organisent l’insurrection face aux Romains. Vercingétorix, chef Averne, prend le commandement de la coalition gauloise et s’inspire des méthodes romaines pour affamer les Romains en pratiquant la politique de la terre brûlée. Vercingétorix prend le dessus à Gergovie et décide d’attaquer rapidement et par surprise le repli des troupes romaines. Cette attaque vise à priver les Romains de toute leur logistique nécessaire au succès de leur campagne militaire. Les Gaulois échouent et se replient alors dans l’oppidum d’Alésia, sur le Mont Auxois. Les Romains les suivent et les assiègent. César construit tout autour du Mont un important dispositif de fortifications. Ayant réussi à envoyer quelques cavaliers pour lever une armée de secours avant que la contrevallation ne soit totalement terminée, Vercingétorix garde espoir en la victoire et met en place un rationnement alimentaire. César décide alors de construire une seconde ligne de défense tournée vers l’extérieur, la circonvallation, afin de se prémunir d’attaques extérieures. Environ 248 000 gaulois arrivent de toute la Gaule et attaquent les lignes romaines. Mais avec l’aide des Germains, les pièges et les retranchements, les Romains prennent l’avantage et l’armée de secours est mise en déroute. Vercingétorix rend les armes le lendemain et se constitue prisonnier. Le siège prend donc fin au bout de deux mois. Ce ne sera pas la dernière bataille de la guerre des Gaules mais le siège d’Alésia sera considéré comme un tournant décisif.

Vercingétorix

Un emplacement polémique

Suite à sa victoire à Alésia, Jules César commence à rédiger le récit de sa conquête de la Gaule « De Bello Gallico ». Le livre VII retranscrit longuement le siège et les combats d’Alésia. C’est en analysant cette source littéraire que les archéologues et les historiens ont débattu pendant des générations sur l’emplacement réel du siège d’Alésia. Pour écrire son ouvrage « Histoire de Jules César », Napoléon III lance de grands travaux archéologiques à Alise-Sainte-Reine. Un vaste complexe de camps, de retranchements et de lignes fortifiées sont alors découverts. Mais Napoléon III est accusé de vouloir imposer une « vérité officielle » et d’autres sites revendiquent la localisation de la bataille. Ce sera seulement dans les années 1990 que la tenue de nouvelles fouilles à Saint-Alise-Reine attesteront formellement de l’emplacement du siège d’Alésia.

Bataille d’Alésia

Le MuséoParc, trois sites à visiter

Afin de mettre en lumière l’histoire de ce lieu unique, le MuséoParc Alésia est articulé sur trois sites : le Centre d’Interprétation, les vestiges de la ville gallo-romaine d’Alésia et la statue de Vercingétorix érigée par Napoléon III. Par son architecture originale représentant le siège et son parcours pédagogique, le Centre d’Interprétation satisfera tous les curieux qui ont envie d’en savoir plus sur les conquêtes de l’armée romaine, la révolte des chefs gaulois, sur les techniques de guerre employées par les deux armées et sur le mythe du Gaulois. La visite des vestiges gallo-romains d’Alésia est aujourd’hui devenue ludique avec une application 3D qui permet de remonter dans le temps et de déambuler dans les rues de la cité antique… Alors, êtes-vous prêts à vous immerger dans l’univers antique et à revivre intensément la bataille d’Alésia ?

Par Ségolène Lhommée,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, et soutenir le blog sur Tipeee !

Cliquez ici pour accéder à nos autres articles et inscrivez-vous à notre newsletter pour les recevoir dès leur diffusion !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.