Je t’en supplie, n’oublie pas, n’oublie rien, jamais, jamais / Et crie la vérité, même si elle dérange, même si elle déplaît (…) Sans haine donc, en seule Justice, comme en toute Humanité / Pour que dans le monde entier triomphent enfin l’Homme et la Liberté. »

C’est par ces mots qu’Eugène Marlot, un ancien déporté du camp de concentration de Natzweiler, exprime un message universel de vigilance et d’espoir face à la barbarie nazie dont il a été victime. Et ce sont ces mots qui ont été choisis pour débuter la visite du Centre Européen du résistant déporté qui est un prélude à la visite du tristement célèbre « KL-Natzweiler » (Konzentrationslager Natzweiler).

Bien plus proche qu’on ne pourrait le croire !

Seul camp de concentration présent sur le territoire français actuel, le KL-Natzweiler, situé dans ce qui était alors l’Alsace annexée, a fait partie d’un réseau de 70 camps annexes. 52 000 personnes y ont été déportés et plus de 22 000 y ont trouvé la mort entre 1941 et 1945. Lieu de travail pour alimenter en granit les grands travaux du Reich et lieu d’expérimentations « scientifiques », le KL-Natzweiler a été l’un des camps les plus meurtriers du système nazi.

Localisation du camp de concentration KL-Natzweiler

C’est dans ces lieux d’histoire, de mémoire et de souffrance, que le visiteur est invité à découvrir ce qu’était l’insoutenable réalité du système concentrationnaire nazi.

Le CERD, passerelle entre histoire et mémoire

En préambule de la visite du site historique, le Centre Européen du résistant déporté, inauguré en 2005, évoque le vaste et organisé système de camps mis en place par l’Allemagne nazie. Il aborde les 14 principaux camps de concentration et d’extermination avec des bornes interactives présentant des centaines de documents (l’origine du camp, l’arrivée des déportés, les journées de travail, la mort, …). Cette plongée dans l’horreur est d’autant plus saisissante qu’elle est illustrée par l’exposition de nombreux objets témoins, prêtés par des anciens déportés ou familles de disparus.

Contre la barbarie, s’engager, résister, combattre

La visite se poursuit avec l’exposition permanente sur les résistances au régime nazi et le passage dans la « Kartoffelkeller » qui signifie la « cave à pommes de terre » en allemand. Ce grand vaisseau de béton constitue le cœur du CERD. Construit sur ordre des SS à partir de 1943, la « Kartoffelkeller » est véritablement devenu le symbole de l’oppression et de l’avilissement des déportés par le travail et de la volonté d’anéantir toute résistance.

Au sein de la « Kartoffelkeller », le cœur de pierres

Le site historique, protégé et classé

Ensuite, le visiteur entre sur les vestiges de l’ancien camp, classés aux Monuments historiques. Un musée a été spécialement créé sur l’histoire du lieu afin de permettre une meilleure compréhension de ce qui est vu sur le site.

Enceinte du camp de concentration

Pourquoi le camp a été créé ? Qui sont les déportés ? Comment était administré le camp ? Quelles étaient les « expérimentations scientifiques » auxquelles se livraient les nazis ? Quelle était la vie quotidienne des déportés ? Comment s’est passée l’évacuation du camp lors des avancées des Alliés vers l’Est ? Toutes ces questions y sont abordées et permettent de contextualiser ces vestiges. Quatre baraques, un four crématoire, une chambre à gaz, des miradors, la place d’appel et une enceinte barbelée témoignent encore des crimes commis en ces lieux.

Pourquoi l’appellation « Struthof » ?

Le camp KL-Natzweiler n’a jamais eu l’appellation Struthof dans les documents officiels nazis. Ce nom a été accolé usuellement au camp car les déportés, qui étaient en train de le construire, résidaient avec l’administration nazie à l’hôtel du lieu-dit du Struthof, une ancienne station de ski réputée au début du XXe siècle.

Visite du camp KL-Natzweiler sous la neige

Le camp devenu un haut lieu de mémoire

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’histoire et la mémoire du site ont évolué au rythme de la conscience collective française. Des aménagements architecturaux ont vu le jour pour commémorer le souvenir des déportés.

Le Mur du Souvenir ©JS Arnold

Ainsi, le Mur du Souvenir est devenu le principal lieu de recueillement à l’intérieur de l’enceinte du camp. Une cérémonie nationale du souvenir est également organisée chaque année. Dans ce travail de mémoire, la sensibilisation et la transmission aux nouvelles générations est essentielle. Recevant près de 90 000 scolaires par an, le CERD a une importante mission pédagogique : celle de susciter chez les jeunes visiteurs la conscience de leur rôle de citoyens et de les appeler à la vigilance face aux menaces extrémistes qui font encore l’actualité…

Par Ségolène Lhommée,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter, partager, et soutenir le blog sur Tipeee !

Cliquez ici pour accéder à nos autres articles et inscrivez-vous à notre newsletter pour les recevoir dès leur diffusion !

(1 commentaire)

  1. Lire votre article me replonge dans la visite de ce site abominable qui m’a fait cauchemarder bien des nuits…l’homme est d’une violence et d’un sadisme extrême !!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.