L’annonce de la fermeture de tous les lieux recevant du public jugés « non essentiels » – définition qui reste à débattre, au-delà des nécessités sanitaires évidentes – puis celle du confinement généralisé, ont provoqué une véritable onde de choc dans les établissements culturels et auprès des artistes.

Une multitude de projets permettant à chacun de profiter de la culture en restant chez soi ont émergé sur Internet et sur les réseaux sociaux, la rédaction y a consacré un article il y a peu.

Passons en revue les initiatives les plus insolites, qu’elles soient innovantes, inattendues ou encore parfaitement à propos.

1.Oubliez ce que vous savez des visioconférences

Avec le confinement, la plupart d’entre nous sont passés en télétravail et l’utilisation des outils de visioconférence a explosé. De leur côté, de nombreux musiciens ont trouvé un usage bien plus créatif à ces outils. Les orchestres ne peuvent pas jouer sans être réunis ? Alors réunissons-nous virtuellement, comme toutes les équipes qui doivent aujourd’hui travailler à distance !

Le mouvement s’est fait connaître dès le 20 mars, avec les initiatives du Théâtre national serbe et de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, rapidement rejoints par des orchestres du monde entier. Plusieurs orchestres se sont aussi créés à distance, à l’initiative de compositeurs ou de musiciens.

Le premier d’entre eux est le Lockdown Orchestra (Orchestre du confinement), réuni par le compositeur Ben Morales Frost et comptant 150 musiciens de 13 pays qui, en une semaine, ont réussi à partager leur première performance !

Le Théâtre national serbe interprète Bella Ciao en visioconférence le 20 mars 2020
© Théâtre national serbe

2. Assistez à un spectacle depuis votre balcon

Malgré les prouesses permises par la technologie, performeurs et spectateurs souffrent de l’absence de contact entre l’artiste et son public. Pour y remédier, de nombreux musiciens font profiter leurs voisins de leur talent, à l’occasion de représentations quasi privées, qui deviennent parfois des rendez-vous bienvenus.

La violoncelliste Karina Nuñez propose ainsi chaque jour, depuis le 15 mars, un concert à 17 heures, baptisé « Balconcello », à ses voisins panaméens.

En France, des initiatives ont vu le jour d’un bout à l’autre du pays : BachDesBalcons, des interprétations de Bach tous les mardis à midi, à l’initiative de Classical Revolution France, ou encore La Fête aux Balcons lancée par le webzine de musiques électroniques “Dure Vie”, pour des concerts tous les vendredis de 20h à 21h.

Sans compter toutes les actions individuelles de vos voisins musiciens.

La Fête aux balcons
© Dure Vie

3. Ecoutez un air d’opéra au téléphone

L’Opéra de Dijon a lancé une opération à la fois culturelle et solidaire destinée aux personnes « mobilisées dans la lutte contre l’épidémie » et à leurs enfants, intitulée Chante-moi l’opéra.

Les personnes concernées se voient offrir un moment de détente en famille après leur dure journée – on pense en particulier aux soignants, mais n’oublions pas les personnels de supermarché, les livreurs et postiers, les éboueurs, et tous ceux qui prennent chaque jour des risques pour que la vie continue de fonctionner – en compagnie d’un chanteur du Choeur de l’opéra, qui interprète pour elles et par téléphone un air ou une berceuse.

Quelle belle initiative !

Initiative “Chante moi l’opéra” par l’Opéra de Dijon

4. Plongez vos mains dans la pâte et dans l’histoire

En période de confinement, la cuisine est redevenue une passion française, comme en témoignent les ruptures de stock de farine. Et cela, les musées l’ont bien compris !

Plusieurs musées d’histoire proposent des recettes d’époque pour étonner vos papilles et vous occuper un peu. Le MuséoParc d’Alésia vous invite à découvrir les galettes au sésame ou les pains de Caton antiques, le Musée de la romanité à Nîmes vous offre la recette du Savillum, dessert au miel romain, et le musée de la bataille de Fromelles vous propose de préparer des Anzac, biscuits que mangeaient les militaires australiens et néo-zélandais pendant la Première Guerre.

Le Musée de la Grande Guerre nous rappelle d’ailleurs en vidéo que nous pouvons puiser dans notre histoire pour trouver les solutions à certains problèmes que nous rencontrons dans cette crise. Vous ne trouvez plus d’épinards ? Cuisinez des orties ! Vous ne trouvez plus vos condiments préférés ? Faites vous-même votre moutarde ou votre vinaigre !

C’est en tout cas ce que recommandent les manuels de la Première Guerre mondiale…

La cuisine à nouveau au cœur des occupations des français en période de confinement !

5. Tournez un film dans votre salle de bain

Connaissez-vous Kino Pop ? Cette association française, issue du mouvement Kino né à Montréal en 1999 et désormais présent dans le monde entier, promeut une production audiovisuelle alternative.

Elle a pour devise : « Faire bien avec rien, faire mieux avec peu, mais le faire maintenant » et organise chaque mois une projection de courts-métrages inédits, réalisés par qui le souhaite, sans sélection, sans compétition, dans un esprit de bienveillance.

En temps de confinement, comment tourner, comment organiser une projection ? L’association a décidé de maintenir son festival en demandant aux participants de réaliser leurs nouveaux courts dans le respect des règles de sécurité sanitaire et a organisé une projection virtuelle.

Plein d’artistes publient déjà leurs vidéos sur les réseaux sociaux, depuis longtemps, et encore plus en ce moment, me direz-vous ? Oui, mais ce mouvement permet à chacun, connu ou non, d’être diffusé.

En cette période de confinement, nous avons tous besoin de nous exprimer et de partager et, avec les moyens du bord, tout le monde a ainsi une chance de montrer sa créativité.

Festival du court métrage par Kino Pop

6. Détendez-vous grâce à l’art

En période de confinement, nous sommes plus stressés, du fait de l’enfermement, de la solitude pour certains, du manque d’intimité pour d’autres, de la peur de la pandémie, des perspectives d’avenir, etc. Plusieurs
musées ont décidé de prendre au sérieux notre bien-être en diffusant des œuvres bienfaitrices.

Le MAC Lyon – musée d’art contemporain de Lyon – a créé un hashtag qui parle de lui-même : #OeuvreQuiFaitduBien. La directrice de la communication du musée, Muriel Jaby, précise : « Chaque jour, nous présentons une oeuvre de notre collection ou d’une exposition passée, dont on pense qu’elle est réconfortante ».

Le Musée d’Orsay, quant à lui, a choisi de nous faire voyager depuis notre canapé en présentant chaque jour l’un des plus beaux paysages de ses collections.

Merci de penser à nous !

#OeuvreQuiFaitDuBien
© MAC Lyon

Par Laure Armand d’Hérouville,

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à commenter et partager !

Cliquez ici pour accéder à nos autres articles !

un commentaire

  1. Cette période nous oblige à une introspection sur nous-même,à y voir l’essentiel,à ne pas remettre au lendemain,quant à la culture virtuelle je dois dire que pour moi ça laisse tout de même un goût d’inachevé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.