En 1954, à peine 10 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale qui a laissé le pays exsangue, est inauguré en Normandie le premier établissement dédié à la commémoration de la Libération française : le Musée du Débarquement.

Situé sur les rives d’Arromanches-les-bains dans le Calvados, entre embruns et douceur normande, le Musée livre un témoignage encore vif du Débarquement et permet de comprendre les différentes phases de la Bataille de Normandie dont il constitue le pivot.

A travers une approche vivante (visites commentées, maquettes, vidéos, animations et documents d’archives) se révèlent les dessous d’une opération militaire audacieuse et sans précédent. Le Musée tend également à dynamiser son offre culturelle et ses infrastructures, afin de faire perdurer la mémoire de cet événement historique.

Les secrets d’une opération militaire sans précèdent


Baptisée « Projet Overlord » c’est une opération militaire de grande ampleur élaborée par les alliés américains et britanniques lors de la Seconde Guerre mondiale, visant à libérer la France du joug allemand.

Pour débarquer sur les côtes françaises, le Ministère du Bureau de la Guerre anglais soumet aux chefs alliés une idée curieuse au premier abord : au lieu d’assiéger un port, prenant le risque de provoquer de lourdes pertes humaines (comme ce fut le cas pour le raid raté du port de Dieppe en 1942) pourquoi ne pas construire soi-même des ports artificiels ?

L’objectif est d’organiser le ravitaillement des hommes et le transport de matériel, et ce sans éveiller les soupçons des troupes allemandes. Les composants seront construits dans le plus grand secret en Angleterre puis acheminés lors du Débarquement du fameux D-Day, le 6 juin 1944.

Chefs-d’oeuvre d’ingénierie militaire, les ports sont assemblés en moins d’un mois. Deux ports sont construits, et répondent au nom de code « Mulberry ». Un face à la plage de Saint- Laurent-sur-Mer (Mulberry A), et un autre face à celle d’Arromanches-les-Bains (Mulberry B).

Aujourd’hui, on retrouve encore les vestiges de cette opération militaire risquée échoués sur les rives d’Arromanches. A quelques centaines de mètres de là, en front de mer, le Musée du Débarquement est édifié.

Dynamiser la mémoire du Débarquement

Le Musée du Débarquement a vocation à faire vivre la mémoire de la déterminante Bataille de Normandie. Les ports artificiels de « Mulberry » y ont en effet joué un rôle décisif, pierre angulaire d’une victoire tant attendue.

A l’initiative du premier sous-préfet de la France libérée, Raymond Triboulet, le musée est ainsi implanté sur le site historique même où furent installés les ports artificiels. Depuis le musée, on peut apercevoir ces témoins silencieux du Débarquement, échos à un passé lointain
mais encore vif dans les esprits. Une opération militaire qui continue de fasciner le public en raison du défi technologique qu’elle représente.

Les visiteurs peuvent ainsi reconstituer l’événement, de sa genèse à son issue favorable, grâce à de nombreux dispositifs immersifs et explicatifs. A travers une visite guidée associant éléments pédagogiques, animation de maquettes et un point de vue direct sur les anciens ports, revivez un des épisodes historiques les plus marquants du siècle dernier. En soutien à
cette médiation, s’ajoutent également un diorama, un film et des vitrines composées d’archives.

Le doyen des musées du Débarquement commence toutefois à vieillir. 9 millions d’euros ont donc été investi pour lui permettre de se refaire une nouvelle jeunesse ! Il est prévu que la scénographie soit repensée, agrandie, et le contenu pédagogique enrichi.

Un projet de rénovation et d’agrandissement qui s’inscrit dans le cadre d’une candidature, déposée en 2018, pour figurer sur la Liste du patrimoine de l’Unesco. Cette même année, presque 300 000 visiteurs ont fait le déplacement jusqu’au musée d’Arromanches-les-bains. Preuve que la mémoire de cette date fatidique du 6 juin 1944 n’a pas été complètement engloutie par les ressacs de la Manche.

Par Johanna Ruiz,

(1 commentaire)

  1. Nous l’avons visité il y a longtemps et nous avons été plus qu’impressionné sur l’imagination de ce Port artificiel,se replonger dans cette histoire donnait la chair de poule

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.