« Versailles Revival » ou l’histoire d’un engouement réitéré pour le château, son histoire, ses occupants célèbres, un siècle après la Révolution…

Le château de Versailles n’a jamais cessé de « vivre » donc ce n’est pas à vraisemblablement parler une renaissance mais il est devenu un véritable « phénomène de société » comme l’a écrit Laurent Salomé, commissaire de l’exposition.

C’est donc ce phénomène qui a été analysé à travers 350 œuvres, documents et photographies du Second Empire jusqu’à l’aube de la « Belle Epoque » dans une exposition présentée dans les salles d’Afrique et de Crimée du château.

Un engouement teinté d’admiration et de nostalgie

Un siècle après la Révolution et de nombreux bouleversements politiques, le regard sur l’Ancien Régime se transforme. Le temps passé crée de la distance, de la nostalgie et parfois aussi de la fascination. C’est le cas avec l’épouse de Napoléon III, l’Impératrice Eugénie qui voue un véritable culte à Marie-Antoinette.

En 1867, elle organise la première exposition consacrée à la Reine au Petit Trianon. Dans « Versailles Revival », les visiteurs pourront voir une reconstitution de l’ameublement de la chambre de la reine Marie-Antoinette telle qu’elle fut pensée par l’Impératrice Eurgénie lors de cette exposition. On peut y voir le caractère historique approximatif de la démarche…

Le pouvoir politique revient à Versailles

A la fin du XIXe siècle, Versailles redevient le siège du pouvoir et surtout le témoin d’événements politiques de grande importance. C’est dans la galerie des Glaces que Guillaume de Prusse choisit de proclamer l’Empire allemand le 18 janvier 1871, suite à la défaite de l’armée française.

Le château de Versailles ré-endosse à cette occasion un rôle symbolique. Après le départ des troupes prussiennes, la Troisième République réinvestit le château, qui redevient un véritable lieu de représentation du pouvoir.

« Versailles Revival » met en valeur cette activité politique, rythmée par les séances du Congrès du Parlement, les élections de présidents de la République française et les visites diplomatiques.

Toute une section de l’exposition met aussi en lumière la mise en scène millimétrée du Traité de Versailles en 1919 dans la galerie des Glaces afin de laver publiquement l’affront et l’humiliation de la proclamation de l’Empire allemand à ce même endroit.

Versailles au cœur d’une effervescence culturelle et mondaine

Cette activité politique à Versailles marque aussi la volonté de restaurer le palais en lui rendant son ancienne magnificence. Et c’est dans ce contexte que Pierre de Nolhac arrive à la tête du musée en 1892 et entame la reconstitution des appartements, le retour de meubles emblématiques et la restauration des jardins.

Début du XX siècle, l’aura qui entoure le château et ses jardins amène une imagination débordante, une fascination ou encore une mélancolie que l’on retrouvera dans les œuvres d’écrivains, de poètes, de musiciens ou de peintres tels que Proust, Boldini, ou encore Fauré.

« Versailles Revival » s’attache à montrer tous les aspects de la réinvention du château grâce au réinvestissement de la sphère culturelle et mondaine. Versailles redevient un code de la haute société : de nombreuses fêtes sont organisées où le Tout-Paris s’y précipite !

L’exposition met donc en lumière ce renouveau après un siècle de bouleversements politiques redonnant de l’éclat au château de Versailles ainsi qu’une popularité nouvelle.

Une surprise attend les férus de nouvelles technologies permettant aux visiteurs de se replonger eux-mêmes dans l’univers étincelant de la cour de France…

Si vous n’y êtes pas encore allés, courez-y avant la fin programmée à mi-mars !

Par Ségolène Lhommée,

(1 commentaire)

  1. Château de Versailles toujours au coeur de l’Histoire de France et probablement dans l’intimité de beaucoup de ces citoyens tel que moi…!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.