Museomix au Musée de la Chartreuse de Douai

Facebook
Twitter
LinkedIn

Cette année, Museomix s’arrête à Douai ! Cet événement citoyen, véritable laboratoire d’innovation sur trois jours, permet de développer de nouvelles formes de médiation et de réfléchir sur les usages des lieux culturels. Parmi les 12 musées retenus de 7 pays différents, se trouve le Musée de la Chartreuse de Douai. C’est donc l’occasion pour nous de revenir sur le Musée et de (re)découvrir l’histoire du couvent des Chartreux…

L’implantation de l’ordre des Chartreux à Douai

Douai, Musée de la Chartreuse

A l’emplacement de ce qui deviendra le couvent des Chartreux de Douai, la première construction date de 1340. C’était une propriété dénommée « Coulombier » appartenant à la bourgeoisie échevinale. En 1559, Jacques d’Abencourt fit démolir cet édifice pour bâtir son hôtel dans un style Renaissance en pierre en en brique. En 1608, Jean de Montmorency poursuivit la construction avec une aile dans le même style, dominée par une haute tour carrée. Il céda en 1620 sa demeure à l’abbaye des Prémontrés de Saint-Nicolas de Furnes, les « blancs moines » qui voulurent y installer un pied à terre pour leur ordre. Ils le revendirent finalement aux Chartreux en 1662.

Fondé en 1804 par Saint Bruno, l’Ordre des Chartreux est un ordre religieux contemplatif prenant son nom du massif de la Chartreuse, au nord de Grenoble. Les Chartreux consacrent entièrement leur vie à la prière, observent une clôture perpétuelle et un silence presque absolu. Afin d’établir leur couvent à Douai, ils construisirent suivant les plans imposés par la règle de Saint Bruno, un petit cloître, un réfectoire, une salle capitulaire, un grand cloître et la chapelle de style classique, terminée en 1722. Ces nouveaux édifices étaient reliés aux anciens par le logis dont les ancrages à fleur de lis rappellent les motifs du style français.

La naissance du Musée de la Chartreuse

extérieur © Douai, Musée de la Chartreuse

A la Révolution française, les Chartreux quittèrent les bâtiments à la suite de la suppression des congrégations régulières en 1791. Le service de l’artillerie y établit alors des magasins de matériel et des ateliers de fabrication de cartouches. Le lieu devint ensuite un dépôt de munitions et de matériel de guerre. Classés au Monuments Historiques en 1930, les bâtiments subirent des dommages importants lors du bombardement du 11 août 1944. Le couvent fut alors sauvé de la ruine par la ville de Douai qui y installa en 1958 les collections de son ancien musée détruit pendant la guerre. Le réfectoire, la salle capitulaire ainsi que la chapelle ont été restaurés pendant plusieurs années pour permettre la visite. En 2015, sont inaugurés les jardins monastiques de la Chartreuse mettant ainsi en valeur le lien important qu’entretenaient les moines avec la nature.

Un écrin pour des collections d’art

peinture religieuse © Douai, Musée de la Chartreuse

Le couvent offre ainsi un écrin magnifique aux collections d’art du Musée composées de peintures, de sculptures, d’objets d’art et arts graphiques, allant de la fin du Moyen-Age à nos jours. A l’origine constituées à partir d’œuvres saisies dans les églises et les monastères à la Révolution, les collections ont évoluées au fur et mesure des dons, des legs et des acquisitions permettant ainsi d’avoir de nombreuses périodes représentées (art primitif flamand, sculptures du XIXe siècle, impressionnisme,…) L’histoire de la ville de Douai est également mise en valeur avec des bronzes de la Renaissance et des faïences de la ville exposés dans les cinq chapelles du couvent.

Museomix, un autre regard sur un lieu culturel

EERX_AxXkAAvZpL

La participation du Musée de la Chartreuse à l’événement Museomix remet le musée au cœur d’une réflexion sur les usages des lieux culturels. Museomix contribue à diffuser une culture numérique et participative afin de partager l’envie de réinventer le musée de demain. Le but de l’événement ? Réaliser pendant trois jours un marathon avec des équipes pluri-disciplinaires des outils et des expériences de visite innovantes. Ces expériences seront ensuite testées par le public dès le dimanche.

Innovation, collaboration, numérique, création et public sont les maîtres mots de cet événement international qui a lieu chaque année depuis 2011. « People make museums » et ça se passe à Douai ! A surtout ne pas manquer !

Alors rendez-vous dimanche 10 novembre à Douai pour tester les prototypes !

Par Ségolène Lhommée,

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.