Sur les traces de… Léonard de Vinci

Facebook
Twitter
LinkedIn

Ce serait nier l’ingéniosité de Léonard de Vinci que de le réduire à son œuvre  mondialement connue, la Joconde. Sculpteur, architecte, peintre, mais surtout homme de science, il s’illustre comme l’un des plus grands savants de la Renaissance. A la découverte du génie de De Vinci !

1

Enfant illégitime d’un notaire et d’une jeune paysanne, Léonard de Vinci voit le jour le 15 avril 1452 à Vinci en Toscane, à 30 km de Florence. Il est élevé par son père qui décide de le placer en 1470 dans l’atelier de Verrochio afin qu’il y apprenne le dessin, la peinture, les mathématiques, l’architecture, la sculpture ou encore la perspective. Il réalise notamment sous sa direction « le Baptême du Christ » ou encore « La Madone à l’œillet » en 1476.

2

Après avoir quitté Verrochio, il entame d’abord une carrière de peintre. Il réalise alors des portraits et des tableaux religieux pour des notables de la région. Ainsi, en 1481, il peint « l’Adoration des Mages » pour Laurent de Médicis le Magnifique ».  Durant une quinzaine d’années, il voyage entre Milan, Venise, Mantoue, Florence et Rome, où il peint des toiles pour les personnalités les plus influentes du pays, ce qui lui permet de se forger une grande réputation. Dans le cadre d’un de ses contrats, il réalise notamment le fameux portrait de Mona Lisa, la Joconde, en utilisant une technique innovante, qu’il baptise le sfumato, qui consiste à superposer plusieurs couches de peinture afin que la peau soit la plus réaliste possible.

3

Lors de son voyage auprès du duc de Milan, il peint la Cène (1494-1498) dans le couvent Sainte-Marie-des-Grâces. Une œuvre témoignant une nouvelle fois de son génie artistique en raison de sa faculté à avoir reproduit le sentiment de surprise chez les protagonistes, suite à l’annonce d’un traître parmi eux.

a4963d1b9e9dfde52d50430a713ae8f4

François Ier comme mécène

A l’automne 1515, François I, roi de France, propose à l’artiste de devenir son mécène et d’habiter dans l’hexagone, au Clos-Lucé, à Amboise. Léonard de Vinci quitte donc son pays natal, emportant avec lui, trois de ses toiles majeures : « Saint Jean Baptiste », « La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte-Anne » ainsi que « la Joconde ». Des œuvres aujourd’hui conservées au musée du Louvre.

800px-François_Ier_Louvre

Dans sa résidence, non loin de Tours, Léonard de Vinci s’adonne à des travaux scientifiques. Il conçoit des machines volantes, grâce à l’observation du vol des oiseaux. Il créé même une vis volante, qui n’est autre que l’ancêtre de l’hélicoptère, ou encore un planeur. Il se passionne également pour les armes de guerre en concevant des catapultes et des chars d’assaut. Fortement intrigué par le corps humain, il s’intéresse à son anatomie et réalise l’Homme de Vitruve, sensé représenté un homme avec des proportions parfaites. Tous les croquis et les carnets de recherche du savant sont d’ailleurs exposés au Clos-Lucé. Des maquettes grandeur nature de ses créations ont également été recréées dans le jardin de sa demeure à Amboise.

A l’âge de 67 ans, le 2 mai 1519, Léonard de Vinci s’éteint dans sa résidence du Clos-Lucé. Il est enterré à la Chapelle Saint-Hubert, au sein du château royal d’Amboise.

Outre d’être un peintre talentueux, ayant instauré des apports stylistiques importants, Léonard de Vinci se distingue de son époque par son esprit visionnaire, ayant initié de nombreux travaux de recherches.

Par Caroline Garnier,

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.