Le Palais des beaux-arts de Lille : un écrin pour les œuvres

Facebook
Twitter
LinkedIn

 « Nulle part en France, même à Paris, statues, bustes ou groupes ne sont aussi grandement logés ni mieux mis en valeur » écrivait un journaliste en 1892. Dès son inauguration, le Palais des Beaux Arts de Lille faisait déjà l’objet d’éloges de la presse, et son succès ne s’est pas démenti jusqu’à lors !

2

Dressé au cœur de la ville, ce bâtiment de près de 22 000 m2 abrite une collection remarquable de 60 000 œuvres qui embrasse quasiment toutes les périodes de l’histoire de l’art depuis la Préhistoire jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, Raphaël, Van Dyck, Donatello, grands maîtres de la Renaissance côtoient ceux du romantisme et de l’art moderne, de Delacroix à Picasso. Au détour d’une salle, des œuvres d’artistes contemporains issus de la scène française et internationale, dialoguent elles aussi avec les collections permanentes du musée.

Lumières sur les collections

Lorsqu’on pénètre dans le hall du musée, deux créations aux couleurs audacieuses et aux formes démesurées frappent l’œil. Les Lustres de Gaetano Pesce, un artiste contemporain, éclairent généreusement l’espace depuis leur installation en 1997. Tous de verre vêtus, ils détonnent avec l’architecture classique du Palais, mais n’en sont pas moins devenus son symbole.

3

Au visiteur s’ouvre une multitude de parcours possibles pour découvrir les collections permanentes. D’une part, l’exposition des œuvres selon leur période de création permet d’appréhender celles-ci sous un prisme historique. Les chefs d’œuvres emblématiques se donnent à voir au sein de salles spacieuses, dont la luminosité rend grâce à la volupté de leurs formes ou la virtuosité du trait de l’artiste. L’une d’entre eux, la Grande Ombre d’Auguste Rodin resplendit au centre de la salle des sculptures.

4

D’autre part, le musée propose des parcours de visite thématiques : « Love, etc. », « A table! » ou « Beaux gosses », autant de fil rouges pour apprivoiser de façon originale les richesses du Palais.  Enfin, en partenariat avec Artips, le musée propose une série d’œuvres dont l’histoire tantôt cocasse, tantôt croustillante, se révèle au grand jour.

Une offre culturelle vivante et plurielle

Soucieux d’accueillir un public toujours plus divers, le Palais des Beaux Arts dynamise la présentation de ses collections. Visites guidées et application mobile gratuite sont au rendez-vous pour accompagner le visiteur.

En famille, la visite se ponctue selon le rythme du parcours pensé pour les enfants. Ludique et interactif, il met en avant des œuvres accessibles et fournit des tablettes numériques à leur disposition.

Enfin, les étudiants seront séduits non seulement par le prix attractif de leur entrée mais, avant tout par les multiples événements qui leur sont dédiés. Une fois par mois, il leur est proposé de découvrir les dessous de cette institution muséale avec « L’envers du décor », ce à quoi s’ajoute les Nocturnes étudiantes, temps festif où les moins de 30 ans se réunissent autour de l’art et de la musique.

La politique culturelle actuelle témoigne un effort remarquable d’accessibilité de l’art vis-à-vis à un public large et varié, dont les attentes ne sont pas toujours similaires. Avec exigence, elle met en lumière ce riche corpus d’œuvres d’art tout en concevant une approche nouvelle et personnalisée. Chacun est généreusement invité à s’y aventurer, et à se laisser surprendre par la beauté !

L’établissement, soucieux de se réinventer et de se remettre en questions continuellement aura d’ailleurs accueilli l’édition 2018 de Muséomix Nord, soldé par un franc succès.

museomix

Par Claire Annereau

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.