L’Origine : Rencontre avec le peuple Kiriri du Brésil

Facebook
Twitter
LinkedIn

Il y a des soirs où on se demande : « mais qu’est ce qu’on fait là ». Ce moment précis où coincé dans la fournaise d’une rame de métro bondé, un soir de canicule, on se demande quoi faire de ses bras transpirants pour éviter le contact avec la moiteur des autres voyageurs…Touffeur obligée pour se rendre à une soirée en l’honneur d’Indiens du Brésil…

Rencontre exceptionnelle… exceptionnellement unique.

C’était le 25 juin dernier, dans les locaux magnifiques de la maison de l’Amérique Latine. Pierre MEYNADIER, réalisateur français de documentaires depuis plus de 20 ans pour de nombreuses chaines comme Arte, France TV,  Ushuaïa TV et bien d’autres, y présentait son dernier film L’Origine en présence du célèbre artiste Menelaw SETE (considéré comme le Picasso Brésilien).

Arrivé en nage, affublé en bon français d’un scepticisme à toute épreuve, on s’est rué dans la salle climatisée. Bien armé, réticent à tout faux-semblant marketé, on s’est pourtant senti partir, emporté par une vague d’innocence bienfaitrice lorsque deux représentants du peuple Kiriri de la région de Bahia au Brésil, se sont exprimés. Figures discrètes pendant la projection du film et les discussions qui s’en sont suivies, Manoelino et Marcelo ont attendu patiemment qu’on leur confie la parole. Et la soirée s’est alors transformée de simple projection en une rencontre exceptionnelle.

La présence de ces deux représentants d’une civilisation pré-Cabral est rare. Cette médiatisation ne leur ai en rien naturelle. S’ils ont, pour la première fois, quitté leur terre, c’est que leur subsistance, comme celle de tous les peuples indiens du Brésil, est menacée.Manoelino et Marcelo - Copy

C’est Pierre MEYNADIER qui les a convaincu de sortir de leur silence et de leur anonymat pour témoigner. Pour les soutenir, il a réalisé L’Origine, documentaire poétique qui après avoir été projeté au Brésil, se montre aujourd’hui dans différentes métropoles Françaises. Car contrairement à l’ordinaire ce ne sont pas les acteurs qui accompagnent le film mais bien le film qui ouvre la porte aux « indigènes » – au sens premier et noble du terme.

Pierre MEYNADIER a mis des images sur la voix délicieusement éraillée de Menelaw SETE qui nous conte un rêve étrange de rencontre entre un esclave africain en fuite et une jeune indienne, seule rescapée d’un village décimé par des colons.

Le réalisateur s’appuie sur les retrouvailles entre Menelaw SETE, Afro-brésilien, et Dona Cadu, la potière la plus âgée de la communauté indienne. Tout au long du tournage, ces deux artistes, ensemble, vont créer une œuvre qui, elle aussi, accompagne le film lors de ses projections.Menelaw e Dona Cadu - Copy

Avec délicatesse, Pierre MEYNADIER nous offre là une allégorie sur la naissance du Brésil, pays aujourd’hui le plus métissé au monde. Les Brésiliens ont d’ailleurs accueilli avec beaucoup d’enthousiasme ce film qui leur rappelle leurs origines, à l’antipode des discours discriminants de replis sur soi.

La projection de L’ Origine permet de sensibiliser au sort des Indiens du Brésil, de donner la parole aux représentants du peuple Kiriri. Ils seront présents en France, jusqu’au 6 juillet pour rencontrer des dirigeants d’entreprises pouvant les aider à se lancer dans la culture du guarana, à mettre en place un commerce équitable et bénéficier du soutien d’ingénieurs agronomes pour construire un système de pompage et d’irrigation de leurs terres arides.

Monsieur MEYNADIER, monsieur SETE, nous vous disons merci.

Par Nathalie KAUFFMANN, le 27/06/2019

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.