Facebook
Twitter
LinkedIn

Créé en 1875, le Grand Café Capucines est un trésor de notre patrimoine, installé à l’angle du boulevard des Capucines et de la rue de la Chaussée d’Antin. Une pépite visuelle et gustative, où il fait bon vivre… 

Alors que sonne l’inauguration de l’Opéra Garnier, commandé par Napoléon III et pièce maîtresse du nouveau Paris haussmannien, le Grand Café Capucines devient le lieu en vogue des Grands Boulevards. Fermez les yeux et imaginez…  Un siècle et demi nous sépare de cette époque faste. La révolution industrielle bat son plein, la ville vibre, effervescente comme jamais alors que la guerre de la septième coalition de 1815 semble loin, et que rien encore ne laisse présager les conflits à venir. L’heure est à la culture, à l’ouverture d’esprit, à la création artistique… Dès avril 1874, de nombreux artistes tels Cézanne, Degas, Renoir, Pissarro, Sisley, Berthe Morisot, Caillebotte, Boudin et Monet exposent au 35, rue des Capucines, dans l’ancienne boutique-atelier de Nadar, l’un des plus célèbres photographes français du XIXe siècle. L’Olympia ouvre ses portes dès 1893, les théâtres fleurissent… Deux années plus tard, le 28 décembre 1895, sont projetées les premières réalisations cinématographiques payantes des Frères Lumière, dans le Salon indien du Grand Café, situé au 14 boulevard des Capucines.

grand-cafe-capucines.jpg

© Photographie : Corinne Binois

Le Grand Café Capucines est une véritable institution, une sorte de gardien du temple d’une époque révolue. À l’intérieur, le temps semble suspendu, quelque part entre la Belle Époque et notre monde moderne. La beauté du style Art Nouveau, si bien préservé par le décorateur-historien Jean Garcia ayant rénové les lieux, se révèle dans les lignes courbes des créations propres à ce mouvement artistique. Les couleurs et les ornementations inspirées des arbres, des fleurs, des insectes et des animaux (le pan est tout particulièrement mis à l’honneur), sont magnifiées par les boiseries sombres, la verrière et les épaisses banquettes de velours rouge. Mais au-delà de cette atmosphère magique, on vient également régaler ses papilles. Ravioles, pâté en croûte de canard aux pistaches, carpaccio de Saint-Jacques, saumon d’Écosse à l’oseille ou encore huîtres et magret de canard rôti ne sont qu’une infime partie de l’alléchante carte qui propose produits de la terre, de la mer et desserts à se damner, comme les profiteroles au chocolat chaud, le mille-feuille à la vanille ou le vacherin léger aux agrumes. Un menu qui se déguste dès la lecture… Un lieu à savourer dans tous les sens du terme, 7 jours sur 7… et 24h sur 24 !

Curieux de découvrir la carte, rendez-vous ici !

Le Grand Café Capucines
4, boulevard des Capucines
75009 Paris

rejoignez_nous

Facebook
Twitter
LinkedIn

A propos de l’auteur Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.