Facebook
Twitter
LinkedIn

Après nous avoir fait rêver à coups de teasers alléchants et de visuels délirants, l’Atelier des Lumières a enfin ouvert ses portes, 38 rue Saint-Maur, dans le 11e à Paris. La fusion de l’art pictural et du numérique ? Un rêve éveillé… 

Développé par Culturespaces (premier opérateur privé dans la gestion et la mise en valeur des monuments, musées et centres d’art), l’Atelier des Lumières s’est installé dans une ancienne fonderie du XIXe siècle, devenue à sa fermeture, en 1935, une entreprise spécialisée dans la fabrication et la vente de machines-outils. En 2013, Bruno Monnier, président de Culturespaces et créateur des Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence (qui attirent plus de 600 000 personnes chaque année depuis 2012), découvre les lieux. Son idée ? Y créer un centre d’art numérique. Plus de quatre années de travaux plus tard, l’Atelier des Lumières ouvre ses portes au public. Avec deux espaces, La Halle de 1500 m2 et Le Studio de 160 m2, une surface de projection de 3300 m2, 140 vidéoprojecteurs habillant des murs hauts de 10 mètres et une sonorisation spatialisée de 50 enceintes, l’envoûtement est total.

Pour ce début prometteur, trois expositions immersives monumentales sont proposées : Gustav Klimt (1862-1918), Hundertwasser (1928-2000) et Poetic_Ai. Les œuvres de deux figures majeures de la scène artistique viennoise s’animent sur les murs, le sol, et le plafond, vous transportant dans un monde utopique où l’irréel se substitue, le temps d’une visite, à notre réalité. Tandis que l’or et les motifs propres à Klimt dansent sur les murs de béton, les constructions architecturales colorées de Friedensreich Hundertwasser vous invitent au cœur de la cité idéale pensée par l’artiste. Laissez-vous submerger par plus de 3000 images en mouvement, au son de valses de Vienne… Le studio quant à lui héberge la dernière création du collectif Ouchhh, conçue comme un voyage onirique. Formes, lumière et mouvements projetés sont ici générés par une intelligence artificielle, un algorithme composant une œuvre digitale inédite et contemplative. Non, vous ne volez pas, vous rêvez, tout simplement…

« Le rôle d’un centre d’art est de décloisonner, et c’est pourquoi le numérique doit prendre sa place dans les expositions du XXIe siècle. Mis au service de la création, il devient un formidable vecteur de diffusion, capable de créer des passerelles entre les époques, de faire vibrer les pratiques artistiques entre elles, d’amplifier les émotions, de toucher le plus grand nombre. » Bruno Monnier.

L’Atelier des Lumières
38 rue Saint-Maur
75011 Paris

Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Nocturnes les vendredis et samedis, jusqu’à 22h

Gustav Klimt (Programme long)
Du 13 avril au 11 novembre 2018

Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise (Programme court)
Du 13 avril au 11 novembre 2018

Poetic_Ai (Programme court : 17 minutes)
Du 13 avril au 31 août 2018

rejoignez_nous

Facebook
Twitter
LinkedIn

A propos de l’auteur Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.