Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
https://cultureasy.media/2018/01/05/musee-eugene-delacroix/

Dans la jolie rue de Furstemberg du 6e arrondissement de Paris, se trouve l’ancien appartement d’Eugène Delacroix, devenu musée national en 1971. Une paisible parenthèse et une éclipse temporelle, au milieu de notre tumultueuse capitale…

Né le 26 avril 1798 à Charenton-Saint-Maurice et mort à Paris le 13 août 1863, Eugène Delacroix est un artiste majeur du mouvement romantique, apparu en France dès le début du XIXe siècle. Quatrième enfant de Victoire Œben (1758-1814) et de Charles-François Delacroix (1741-1805), ses aptitudes pour les arts se révèlent dès l’enfance. En attestent les nombreux dessins et croquis griffonnés sur ses cahiers… Après avoir fréquenté le prestigieux Lycée Impérial (aujourd’hui Lycée Louis-le-Grand) entre 1806 et 1815, il intègre l’atelier du peintre Pierre-Narcisse Guérin, où il reçoit un enseignement à la fois classique et libéral, et au sein duquel il croisera la route de Théodore Géricault. Une rencontre capitale dans la vie de l’artiste et influente sur son art… En 1816, il poursuit son apprentissage aux Beaux-Arts et, cette même année, fait la connaissance de l’aquarelliste Charles-Raymond Soulier et du peintre romantique britannique Richard Parkes Bonington, qui l’éloigneront des normes académiques auxquelles il a été formé. Tout au long de sa carrière, Delacroix étudiera les thèmes du théâtre, de la littérature, de l’histoire et de la religion. Suite à un voyage en Afrique du Nord en 1837, il deviendra l’un des premiers artistes à peindre l’Orient. Devenu l’un des peintres officiels du Second Empire, sa maîtrise incontestée de la couleur fait de son œuvre tout entière une véritable source d’inspiration pour de nombreux autres artistes comme Gustave Courbet, Vincent Van Gogh et Paul Signac.

En décembre 1857 le peintre, malade, s’installe rue de Furstemberg afin de se rapprocher de l’église Saint-Sulpice dont il était alors chargé de décorer une chapelle. Il y restera jusqu’au crépuscule de sa vie. L’appartement et l’atelier, destinés à être détruits, seront sauvés entre autres par les artistes Maurice Denis et Paul Signac, par les historiens de Delacroix, André Joubin et Raymond Escholier, ainsi que par un amateur d’art, le docteur Viau. En 1929, ils constituent la Société des Amis d’Eugène Delacroix, empêchant ainsi la destinée tragique de ces lieux et permettant ainsi d’en assurer l’existence et l’entretien, tout en faisant mieux connaître l’œuvre de l’artiste. C’est en 1954 que la société fera don de l’ensemble à l’État ainsi que du jardin privatif. Le musée Eugène Delacroix devient alors musée national en 1971. Si la plupart de ses œuvres sont désormais exposées au musée du Louvre, nous sommes ici au cœur de l’intimité du peintre et évoluons parmi les pièces de son appartement, à travers l’antichambre, le salon, la chambre à coucher et la bibliothèque, au milieu de nombreuses peintures, dessins, gravures et souvenirs. Les façades et les toitures côté cour et jardin, le musée et l’atelier, sont classés aux Monuments historiques en 1991.

« Mon logement est décidément charmant (…). Réveillé le lendemain en voyant le soleil le plus gracieux sur les maisons qui sont en face de ma fenêtre. La vue de mon petit jardin et l’aspect riant de mon atelier me causent toujours un sentiment de plaisir.  » Eugène Delacroix – Journal, 28 décembre 1857.

Musée Eugène Delacroix
6, rue de Furstemberg
75006 Paris

Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 9h30 à 17h30
Nocturne chaque premier jeudi du mois, jusqu’à 21h

Plus d’informations, ici !

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
https://cultureasy.media/2018/01/05/musee-eugene-delacroix/

About the Author Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire