Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
https://cultureasy.media/2017/12/22/le-grand-musee-du-parfum-lexperience-olfactive-a-ne-pas-manquer/
INSTAGRAM

Mercredi dernier, cultur’easy a poussé les portes d’un magnifique hôtel particulier datant du XVIIIe siècle, à la découverte du Grand Musée du Parfum, inauguré en décembre 2016, à Paris… 

C’est au 73 rue du Faubourg-Saint-Honoré, dans le 8e arrondissement de Paris, que se situe ce lieu emblématique. Se faisant successivement demeure de maîtres jardiniers au XVIIe siècle, de l’artiste peintre Étienne Moreau-Nélaton pour devenir le siège de la marque de lingerie Scandale et celui de la maison de couture Christian-Lacroix à la fin des années 80, le Grand Musée du Parfum en est tout récemment devenu le dernier résident.  Un écrin de beauté au cœur de la capitale… Sensibiliser petits et grands à l’odorat et permettre ainsi à tout un chacun de développer ou parfaire ses connaissances dans le domaine du parfum, telle était la volonté de l’équipe à l’initiative du projet. Exposer l’immatériel, un défi d’envergure…

À peine les portes poussées, et nous voilà déjà séduits. La grandeur et l’élégance des lieux ne saurait laisser quiconque de marbre. Une visite, durant laquelle histoire, éveil des sens et émotion s’entrelacent, nous attend, à travers un parcours ludique et immersif. Nous commençons par découvrir, au sous-sol, la Galerie des séducteurs. La reine de Saba, Louis XIV et la marquise de Montespan, Casanova et Marie-Antoinette, Napoléon et l’impératrice Eugénie… chacun de ces célèbres personnages a vécu une relation toute particulière avec le parfum, intimement lié à sa personnalité et véritable atout de séduction depuis la nuit des temps. Ce rapport fusionnel, quasi inhérent à la personne, nous est ainsi conté. La visite se poursuit par la découverte de ses usages, et des vertus qui lui étaient prêtées, de l’Antiquité où il était alors sacralisé, à la parfumerie contemporaine. C’est avec beaucoup d’émotion que nous pouvons ainsi sentir le Kyphi, tout premier parfum de l’humanité créé sous l’Égypte ancienne, berceau de la parfumerie antique. Nous continuons avec la salle intitulée le cabinet des curiosités. Ici, sont exposés talismans et petites fioles attestant des vertus curatives et protectrices qui lui étaient alors allouées. Saviez-vous que Napoléon utilisait 40 litres d’Eau de Cologne par mois ? Mais également que le parfum était parfois utilisé pour masquer l’odeur du poison ?

Après avoir traversé un corridor reconstituant la parfumerie Houbigant, fondée en 1775, grâce au prêt exceptionnel du mobilier de l’époque par le Musée Carnavalet, direction le premier étage pour une immersion sensorielle… « Sentir, c’est d’abord respirer. Intimement lié à la vie, l’odorat repose sur des mécanismes chimiques de perception. De la molécule jusqu’au cerveau, tout un parcours se dessine. » Fermez les yeux et laissez-vous surprendre par les senteurs… Tour à tour, nous en apprenons plus sur les molécules essentielles à la reconstitution synthétique du parfum de la rose et sur le répertoire olfactif propre à chaque individu. Saviez-vous qu’il y avait 400 molécules dans le parfum d’une rose, mais que seules 3 d’entre elles suffisent à le recréer artificiellement ? Saviez-vous également que 5 millions de neurones olfactifs se trouvent dans chacune de nos narines, et que l’odeur du musc galaxolide n’est détectée que par certains individus ?

Dans la pièce suivante, semblent surgir de terre de longues fleurs blanches semblables au liseron des champs. Placez-vous sous chacune des corolles et tentez de deviner la senteur diffusée… Bord de mer, feu de cheminée, basilic ? Ce jeu olfactif se poursuit dans une salle d’alcôves lumineuses où le jasmin semble avoir fleuri. L’une d’entre elles est consacrée aux senteurs « adultes » telles le cannabis, le tabac froid, l’absinthe et même le parfum d’un boudoir libertin ! La visite de l’étage s’achève par la présentation de parfums de légende dont les flacons ont été imaginés pendant plus de 60 ans par Pierre Dinand, faisant de lui le tout premier designer en parfumerie…

L’art du parfumeur se révèle enfin au dernier étage… Imaginée par les designers londoniens Harvey & John Studio, une installation étonnante conjuguant beauté architecturale et technologie nous permet de humer, grâce à des perles indépendantes, 25 des plus belles matières premières utilisées par les parfumeurs. Approchez-la de votre oreille et écoutez : vous en apprendrez plus sur leur histoire et leurs secrets… À ses côtés, un rosier imaginaire à six branches, conçu par Violette Houot, nous fait découvrir l’absolu de rose et ses différentes réinterprétations. Nous passons ensuite par le bureau des parfumeurs, composé d’écrans sur lesquels se confient de grands « nez » de la parfumerie… Puis, vient la salle intitulée « le laboratoire et l’orgue ». Telle une symphonie magique, l’installation sonore et lumineuse se vit dans le noir et démontre comment la formule d’un parfum est imaginée, telle une partition.

Jusqu’au 12 février 2018, l’exposition temporaire « Subodore », jalonne le parcours du musée. La créatrice de parfums Chantal Sanier vous propose de découvrir anecdotes et interprétations olfactives de dix personnages emblématiques de l’histoire de France. Placez votre visage au-dessus des amphores et respirez…  Anne d’Autriche, Louis XIV, la Princesse Palatine, semblent se matérialiser au travers de votre odorat. Tantôt envoûtante, parfois presque dérangeante, cette expérience se vit et se ressent… La visite s’achève par la fabuleuse boutique située au rez-de-chaussée, dans laquelle il sera difficile de résister à la tentation ! Le Grand Musée du Parfum, un voyage à vivre et à revivre, au pays des fragrances…

 

Le Grand Musée du Parfum
73 rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris

Du mardi au dimanche, de 10h30 à 19h
Des visites guidées et des ateliers olfactifs sont proposés aux adultes et aux enfants.

Pour plus d’informations, c’est ici

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
https://cultureasy.media/2017/12/22/le-grand-musee-du-parfum-lexperience-olfactive-a-ne-pas-manquer/
INSTAGRAM

A propos de l’auteur Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire