Facebook
Twitter
LinkedIn

Qui peut prétendre n’avoir jamais eu à présenter ses papiers d’identité à un moment de sa vie ? Personne. « Papiers, s’il vous plaît », une exposition présentée par le musée de la photographie Nicéphore Niépce à Chalon-sur-Saône jusqu’au 14 janvier prochain… 

Les papiers d’identité en disent long… Non seulement sur le sujet de la photographie même, mais aussi sur l’Histoire avec un grand H. À travers de nombreux clichés d’identité judiciaires et des documents d’identité anonymes, « Papiers, s’il vous plaît » nous confronte à la propre image que nous renvoyons de nous, ainsi qu’à la destination et la finalité de ces pièces officielles. Permis de conduire, Pass Navigo, carte Étudiant, carte vitale… il semble aujourd’hui impossible de passer à travers les mailles du filet. La photographie d’identité est devenue un exercice auquel tous les citoyens du monde doivent inévitablement un jour se plier. Inspirée des procédés anthropométriques imaginés en 1881 par le célèbre criminologue Alphonse Bertillon, dont la technique repose sur l’analyse biométrique (système d’identification à partir de mesures spécifiques), elle s’accompagne, dès 1888 de photographies face-profil et se standardise. Le système Bertillon rencontre un vif succès. Depuis, la photographie d’identité doit toujours répondre à des critères bien définis pour être valable aux yeux de la justice.

Si la carte d’identité n’est pas (encore) obligatoire, elle s’avère néanmoins indispensable pour de nombreuses situations de tous les jours. Passer un examen, s’inscrire à Pôle Emploi, ou encore sur les listes électorales et voter aux élections, effectuer des opérations bancaires, voyager à l’étranger… La liste des interdictions est longue et pourtant, elle n’est pas exhaustive… Alors que les personnes fichées sont suspectées par la nature même de la raison de ce fichage, toute personne étant dans l’impossibilité de présenter le moindre document attestant de son identité devient elle-même suspecte. Paradoxe oblige. Au fil de la visite, nous découvrons divers modèles de cartes d’identité, certaines délivrées en 1918, et des portraits des forces de l’ordre, selon la méthode Bertillon. Exposées également, de drôles de photographies à l’image de ce cliché représentant une femme assise en terrasse en train de déguster une boisson chaude, loin de toutes les contraintes actuelles imposées pour la validité des photos officielles… ou d’autres, venant des États-Unis, comprenant la mention « Wanted » et une empreinte digitale.

Tantôt au service du système, matière à scandale, et génératrice d’une utopie de contrôle de la population, la photographie d’identité est abordée sous des angles différents. Sous le commissariat d’Émeline Dufrennoy et d’Anne-Céline Borey, l’exposition propose de décrypter à travers ces nombreuses photographies, « L’histoire de ces personnes [qui] se croise avec une histoire plus générale, mondialisée ».

Papiers, s’il vous plaît !
Du 14 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Tous les jours sauf le mardi, 9h30-11h45 / 14h-17h45

Musée Nicéphore Niépce
28, Quai des Messageries
71100 Chalon-sur-Saône

Informations supplémentaires, ici !

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn

A propos de l’auteur Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.