Facebook
Twitter
LinkedIn

En collaboration avec le Museum Rietberg de Zurich et la Berlinische Galerie de Berlin, le Musée de l’Orangerie présente jusqu’au 19 février 2018 « Dada Africa – Sources et influences extra-occidentales », une exposition pluridisciplinaire autour du mouvement artistique né en 1916… 

Alors que la Première Guerre mondiale fait rage, le dadaïsme, plus communément appelé mouvement Dada, apparait à Zurich en 1916. Ce courant intellectuel, artistique et littéraire balaye les conventions dans un rejet quasi unanime des valeurs traditionnelles de ce monde. Salvador Dalí, Man Ray, Sophie Taeuber-Arp, Marcel Duchamp, Hannah Höch et Joan Miró sont autant d’artistes avant-gardistes ayant remis en cause les contraintes idéologiques, esthétiques et politiques alors inhérentes à l’art. Face à l’absurdité d’une guerre sans merci, les œuvres dadaïstes jouent avec les formes et les couleurs, faisant fi des convenances d’un revers de la main. Grâce à une créativité exacerbée, l’humour, l’extravagance et la dérision viennent chambouler le monde par l’intermédiaire d’œuvres détonantes, dans une période de l’histoire où la noirceur et la morosité semblent avoir pris leurs quartiers ad vitam aeternam.

Sous le commissariat de Ralf Burmeister (directeur des archives d’artistes à la Berlinische Galerie de Berlin), de Michaela Oberhofer (conservatrice des Arts d’Afrique et d’Océanie au Museum Rietberg de Zurich), d’Esther Tisa Francini (directrice des archives et des recherches de provenance au Museum Rietberg de Zurich), de Cécile Debray (directrice du musée de l’Orangerie) et de Cécile Girardeau (conservatrice au musée de l’Orangerie), cette exposition pluridisciplinaire propose une confrontation entre les productions dadaïstes et l’art et la culture de pays extra-européens, synonyme de nouveauté et de découvertes, à l’opposé des standards et des modèles européens. Œuvres africaines, amérindiennes ou encore asiatiques permettent ainsi de révéler dans quelle mesure ces créations venues d’ailleurs ont pu influencer de façon notable ces artistes européens empreints de liberté et attirés par l’exotisme.

Peintures, sculptures, photocollages, photographies, objets (costumes, tapisseries, bijoux et sacs), arts graphiques et œuvres sonores issus du mouvement Dada sont ainsi présentés aux côtés de sculptures extra-occidentales. En tout, ce sont 289 œuvres qui se dévoilent ! Parallèlement, les créations de deux artistes contemporains sont également à découvrir dans les espaces des collections permanentes : In Pursuit of Bling : the Transformation et In Pursuit of Bling : The Discovery, ainsi que Shaping Memory d’Otobong Nkanga ainsi que deux photographies de l’artiste Athi-Patra, A Vigil for Mayibuye et The Future White Woman of Azania. Tout un programme !

Dada Africa – Sources et influences extra-occidentales
Du 18 octobre 2017 au 19 février 2018
Tous les jours sauf le mardi, de 9h à 18h

Musée de l’Orangerie
Jardin des Tuileries
75001 Paris

Pour en savoir plus, c’est ici !

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.