Facebook
Twitter
LinkedIn

Depuis le 13 octobre, les lillois ont la joie d’accueillir une importante rétrospective consacrée à Millet au cœur d’un endroit privilégié : le Palais des Beaux-Arts de Lille. Le célèbre peintre réaliste du XIXe siècle, auteur du non moins célèbre Angelus, est à découvrir jusqu’au 21 janvier 2018… 

Aucune grande rétrospective ne lui avait été consacrée dans le monde occidental depuis quarante-deux ans… Le Grand Palais, à Paris, avait alors accueilli entre octobre 1975 et janvier 1976, un peu plus de 165 000 personnes venues admirer l’étendue de l’œuvre de Jean-François Millet. Puis, une partie de l’exposition avait été transférée à la Hayward Gallery de Londres, pour y être présentée du 20 janvier au 7 mars 1976. Si l’Angelus fait partie de ces toiles devenues des incontournables en matière de peinture, il n’en reste pas moins que l’ensemble du travail du célèbre artiste demeure étrangement méconnu. Parfois un peu hâtivement catalogué comme « peintre paysan », l’homme aux multiples talents a su faire preuve, tout au long de sa carrière, d’inventivité sans jamais s’éloigner de ce qui faisait l’essence même de ses créations : sensibilité et poésie. Au-delà de ses incontournables toiles comme Les Glaneuses (1857), L’homme à la houe (1862), Bergère avec son troupeau (1864), La leçon de tricot (1869) et Le Printemps (1873), il a également réalisé de nombreux portraits tels ceux de Madame Martin (1840), Louise-Antoinette Feuardent (1841) et Armand Ono (1843) – pour n’en mentionner que quelques-uns – et s’est révélé être un pastelliste brillant et un dessinateur hors pair.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quotidien d’un monde rural aux conditions de travail pénibles, portraits et paysages, les toiles se parent de douceur, nimbées d’une chaleur lumineuse sous le pinceau d’un peintre au regard bienveillant. La rétrospective, présentée au cœur d’un des plus riches musées de France et véritable bijou d’architecture du XIXe siècle, vous invite à (re)découvrir Millet, artiste mondialement reconnu dont l’influence ne connaît que peu de limites… Van Gogh, Seurat, Gauguin, Pissarro, mais aussi Dalí et Banksy pour citer le plus récent… autant de grands noms de la peinture pour lesquels il fut une source d’inspiration certaine… Vous découvrirez également dans une seconde exposition intitulée « Millet USA », dans quelle mesure le peintre français continue de vivre à travers les œuvres de nombreux artistes américains, peintres, photographes, poètes et cinéastes, de Patti Smith à Edward Hopper, de Terrence Malick à Christopher Nolan. Une influence qui, selon Régis Cotentin (commissaire d’exposition chargé de la programmation contemporaine du musée), s’expliquerait par la façon parfaite dont Millet illustrait l’esprit pionnier outre-Atlantique : des hommes et des femmes à la conquête d’un monde nouveau, s’appropriant la terre au sens propre comme au sens figuré. La capacité de Millet à donner au monde paysan une dimension sacrée malgré la pénibilité des tâches représentées peut alors être perçue comme le reflet du rêve américain : la promesse d’un horizon clair et prospère.

J. F. Millet, la rétrospective
Jusqu’au 22 janvier 2018
Lundi 14h/18h
Mercredi au dimanche 10h/18h

Palais des Beaux-Arts
Place de la République
59 000 Lille

Infos pratiques ici !

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn

A propos de l’auteur Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.