Facebook
Twitter
LinkedIn

Jusqu’au 21 janvier prochain, l’exposition à ne pas manquer s’intitule POP ART – Icons that matter ! Après avoir fermé ses portes pour se refaire une beauté, le musée Maillol s’ouvre de nouveau au public depuis 2016 en conservant une programmation riche et éclectique !… 

Consacrée au mouvement phare né aux États-Unis à la fin des années 50, cette rétrospective présente 24 artistes incontournables du pop art, dont les œuvres n’ont jamais été exposées en France. Nombre d’entre elles proviennent du célèbre Whitney Museum of American Art de New York (l’équivalent du Musée des Beaux Arts de Paris) et dont la collection, initiée par Gertrude Vanderbilt Whitney (célèbre sculptrice et mécène), offre un florilège de l’art américain du siècle dernier. Une soixantaine de pièces, peintures, sculptures et impressions s’exportent pour l’occasion au Musée Maillol. D’Andy Warhol et Claes Oldenburg à Roy Lichtenstein pour les plus célèbres, l’exposition dévoile de nombreux artistes ayant contribué de manière significative à l’essor de ce mouvement (George Segal, John Wesley, Mel Ramos, Allan d’Arcangelo et Edward Ruscha) dont un nombre conséquent de femmes (Rosalyn Drexler, May Stevens), et permet de partir à la découverte de techniques de création diverses et variées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Né en réaction au courant expressionniste abstrait et se poursuivant jusque dans les années 70, le pop art se fait le témoin d’une époque heureuse et optimiste, celle de l’Amérique de l’après-guerre. La technique du hard-edge (aplats de couleurs vives et uniformes) donne naissance à des créations gaies et colorées. Les œuvres reflètent l’essor d’une société de consommation américaine en pleine expansion et reprennent les codes de communication utilisés par les publicitaires de l’époque. L’objet du quotidien devient alors œuvre d’art, à l’instar de la sculpture de Claes Oldenburg représentant un plat de frites molles nappées de sauce Ketchup. L’art est détourné, désacralisé. Le portrait de Marylin Monroe version Andy Wahrol se pare de couleurs saturées, le célèbre « Love » en aluminium de Richard Indiana est aussi présenté, accompagné de sculptures et toiles monumentales produites par des figures majeures du Pop Art comme Robert Rauschenberg, Jasper Johns, Tom Wesselmann ou encore James Rosenquist et Alex Katz.

Le monde capitaliste et l’industrialisation de masse, présage d’un avenir sombre, se meut en univers ultra-joyeux, exagérément coloré au travers d’œuvres iconiques. Entre parodie, critique de « l’American way of life » et illusion d’insouciance, le mouvement pop art propose une vision piquante et acidulée des dérives de l’Amérique des années 60… Une expo à découvrir sans attendre !

POP ART : Icons that matter
Collection du Whitney Museum of American Art, New York
David Breslin : directeur des collections et commissaire d’exposition au Whitney Museum of American Art, New York.
Carrie Springer : commissaire adjointe au Whitney Museum of American Art, New York.

Musée Maillol
59-61 rue de Grenelle
75007 Paris

Infos pratiques, ici !

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.