Facebook
Twitter
LinkedIn

Véritable maître de la peinture baroque flamande, Pierre Paul Rubens est certainement l’un des plus grands peintres du début du XVIIe siècle. Il vous attend au musée du Luxembourg jusqu’au 14 janvier 2018 !… 

Quand on évoque le nom de Rubens, on pense tout naturellement à ses gigantesques fresques religieuses et à ses peintures mythologiques et historiques, comme la Descente de croix peinte entre 1612 et 1614 ou la Bataille des amazones, réalisée en 1618. Mais l’œuvre de Rubens ne saurait se résumer aussi succinctement… Né à Siegen en Westphalie le 28 juin 1577, il se forme à l’art pictural de la Renaissance en Italie pendant 8 ans. Ses modèles sont alors d’éminents artistes reconnus : Raphaël, le Caravage et le Titien, entre autres, feront partie des grands noms ayant influencé Rubens tout au long de sa vie. Très rapidement, son nom circule, son talent fait parler de lui et il devient peintre de cour chez le duc Vincent de Gonzague. Grâce au soutien financier de ce dernier, il voyage alors à Rome et Florence et se forme à l’art classique et romain, influencé par le travail de Michel-Ange et Léonard de Vinci. Les toiles au style plus moderne et naturalistes du Caravage joueront également un rôle primordial dans l’œuvre de Rubens. Dès 1604, il réalise de nombreux portraits comme celui de Brigida Spinola Doria et de Maria Serra Pallavicino. Il excelle dans le portrait d’apparat. Érudit et maîtrisant à la perfection l’art de la conversation, il accède aux plus importantes cours d’Europe. Rois, reines, princes, princesses… les gens de la haute société prennent la pose tour à tour devant l’œil averti du peintre.

De la famille des Habsbourg à la cour d’Espagne, Le Musée du Luxembourg et Dominique Jacquot (conservateur en chef du musée des Beaux-Arts de Strasbourg et commissaire de l’exposition), vous entraîne dans un parcours généalogique palatial, au cœur des plus hautes cours d’Europe du XVIIe siècle. L’exposition présente 65 portraits princiers, dont 20 réalisés par Rubens. Découvrez notamment les visages du cardinal infant Ferdinand, de Vincent II de Gonzague, de l’archiduc Albert, de l’archiduchesse Isabelle Claire Eugénie, de Louis XIII et de Marie de Médicis. Une salle est d’ailleurs consacrée à celle qui fut reine de France et de Navarre. D’autres portraits, réalisés par quelques célèbres contemporains de Rubens (comme Velázquez et Van Dyck), sont également présentés ainsi que des portraits issus de l’atelier Rubens.

L’exposition permet une mise en lumière de l’importance que tenait le portrait au sein des familles princières. Miroir du mythe que bâtissaient les grandes familles autour de leur nom, reflet de leur importance et de leur influence dans la société, le portrait pouvait aussi servir à faire connaître un prétendant, une future épouse, ou tout simplement garder en mémoire le visage de quelqu’un de cher. Rubens avait parfaitement saisi toute la subtilité et l’enjeu se cachant derrière ces réalisations, maîtrisant mieux que quiconque les codes esthétiques de l’art pictural de l’époque.

Rubens, Portraits Princiers
Tous les jours de 10h30 à 19h, nocturne les vendredis jusqu’à 22H
Jusqu’au 14 janvier 2018

Musée du Luxembourg
19 rue de Vaugirard
75006 Paris

Infos pratiques ici !

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn

A propos de l’auteur Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.