Facebook
Twitter
LinkedIn

Jusqu’au 17 décembre 2017, la Fondation Henri Cartier-Bresson présente l’immense photographe Raymond Depardon, dans une exposition intitulée « Traverser » et rassemblant pour la première fois une centaine de tirages, provenant des quatre coins du monde… 

Photographe, scénariste, réalisateur et journaliste, Raymond Depardon, né en 1942, fait figure de modèle dans le monde très fermé de la photographie. Tout jeune, il commence à prendre des clichés dans la ferme familiale du Garet, après avoir reçu, de la part de son frère, un cadeau d’anniversaire qui influencera le reste de sa vie : un appareil photo. L’attrait pour la photographie de celui qui n’était qu’un petit garçon émerge alors. Il procède lui-même au tirage de ses photos, à l’âge 12 ans à peine. Année après année, cette passion se renforce puisque, après avoir travaillé en tant qu’apprenti dans une boutique de photographies de Villefranche-sur-Saône, il devient, à l’âge de 16 ans, l’assistant du photographe Louis Foucherand à Paris. Mais après 12 mois passés à former Raymond Depardon, ce dernier s’associe à Louis Dalmas et fonde l’agence Dalmas, au sein de laquelle Raymond travaillera en tant que pigiste. Ses talents de photographe seront enfin reconnus après plusieurs mois de labeur : les prémices de la carrière exemplaire de Raymond Depardon voient le jour. Synthétiser l’étendue de la production visuelle de l’artiste semble difficile tant elle paraît infinie. Du reportage pour la presse au documentaire d’auteur, du film à la publicité, l’homme jongle avec brio entre statut de photographe, de réalisateur et de journaliste.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une vaste sélection de photographies, de textes, de films et de documents recouvrant presque 60 années de travail de Raymond Depardon sont à découvrir de toute urgence. Un choix plus large d’images ainsi qu’un entretien inédit entre Agnès Sire, directrice de la fondation Henri Cartier-Bresson et commissaire de l’exposition, et l’artiste, sont également proposés dans le catalogue d’exposition, co-publié avec les éditions Xavier Barral. Cette exposition d’une envergure exceptionnelle aborde quatre grands axes importants dans la vie de l’artiste : la terre natale (marquant son attachement pour la terre qui l’a vu naître, et pour Paris, sa ville d’adoption), le voyage (de Glasgow à New York, en passant par le Tchad, le Mali, le Liban, l’Allemagne et l’Afghanistan, la profession de photographe faisant de lui un expatrié de l’intérieur), la douleur (recueillie au travers de ses nombreux reportages) et l’enfermement (sentiment presque inhérent à cette douleur).

Raymond Depardon Glasgow, Écosse Magnum Photos
Glasgow, Écosse, 1980 © Raymond Depardon / Magnum Photos

Raymond Depardon saisit des atmosphères, des ambiances plutôt que des instants figés : « Voyager, et n’être rien du tout. Ni touriste, ni reporter. Ne chercher aucune performance. Ne rien chercher à prouver ». Ses photographies, sans prétention, révèlent un artiste à l’écoute du monde, et qui semble capter, mieux que quiconque, la sensibilité des lieux, la sensibilité des hommes.

Raymond Depardon
« Traverser »
Jusqu’au 17 décembre 2017

Fondation Henri Cartier-Bresson
2, impasse Lebouis
75014 Paris

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.