Facebook
Twitter
LinkedIn

Mais qui est donc ce petit bonhomme coiffé d’un casque ailé que l’on ne voit jamais sans son fidèle acolyte aux tresses rousses… ? Astérix bien sûr ! Si ce personnage emblématique est le premier auquel on pense en évoquant le nom de Goscinny, il ne saurait résumer à lui seul l’étendue de la trépidante carrière du dessinateur… 

Créateur d’Astérix, d’Iznogoud et du Petit Nicolas, scénariste de bande dessinée (comme Lucky Luke, pendant de longues années), écrivain, rédacteur en chef d’un des principaux hebdos français de BD (Pilote), journaliste et humoriste, René Goscinny est un touche-à-tout, oui, mais avec un talent inégalé. Vouant parallèlement une véritable passion au 7e art depuis son enfance, il se fait aussi scénariste de films et réalisateur. Ce Parisien, né le 14 août 1926 et décédé le 5 novembre 1977, reste à ce jour l’un des auteurs français les plus appréciés de sa génération, avec environ 500 millions d’ouvrages vendus à travers le monde.

Institut-Rene-Goscinny
© Institut René Goscinny

Du 4 octobre 2017 au 4 mars 2018, la Cinémathèque met en scène, 40 ans après sa mort, l’attrait tout particulier qu’avait Goscinny pour le cinéma. Du western à la comédie musicale, de Walt Disney à Laurel et Hardy, il puise son inspiration dans les plus grands chefs d’œuvre… L’exposition, coproduite par la Cinémathèque française et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (en partenariat avec l’Institut René Goscinny), présente le travail de l’artiste dans une scénographie originale transportant le visiteur au cœur de l’univers de ce scénariste de génie. Au programme : présentation de planches originales et extraits de films mettant en exergue la place majeure qu’occupa le cinéma dans son travail, galerie de caricatures de grands acteurs, ateliers invitant le visiteur à dessiner et reconstitution des studios Idéfix (créés en 1974 par « l’enfant qui rêvait d’être Walt Disney »), permettant de suivre et de comprendre les étapes successives de la création d’un dessin animé. Une mise en scène ludique et interactive qui vous fera traverser tour à tour une salle de classe, une cour de récréation et un saloon, pour une immersion totale dans le monde du Petit Nicolas et du célèbre cow-boy Lucky Luke. Astérix, les Dalton et Iznogoud, eux aussi devenus personnages de cinéma, seront également de la partie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quatre longs métrages auront été écrits et réalisés par René Goscinny lui-même : Astérix et Cléopâtre (1968), Daisy Town (1971), Les 12 travaux d’Astérix (1976) et La Ballade des Dalton (1978). Mais son talent, qui a inspiré d’autres scénaristes et réalisateurs, perdure avec des films comme Les Dalton (2003), Iznogoud (2005), Le Petit Nicolas et Lucky Luke (2009), et plus récemment Astérix : le domaine des dieux, sorti en 2014. Ce qu’aimait le plus Goscinny ? Faire rire les autres. 40 ans après sa disparition, le pari est toujours tenu. Chapeau l’artiste !

Sous le commissariat de Frédéric Bonnaud, Jean-Pierre Mercier et Aymar du Chatenet, cette exposition est dédiée à Pierre Tchernia, de son vivant surnommé « Monsieur Cinéma » et grand ami de René Goscinny.

Goscinny et le cinéma
La Cinémathèque française
51, rue de Bercy
75012 Paris

en_savoir_plus

Facebook
Twitter
LinkedIn

A propos de l’auteur Raphaèle Santamaria

La Rédac'

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.